L’association : Exactor Mortis Behourd

 

 

 

« Exactor Mortis Béhourd » a vu le jour en 2015, fruit d’une collaboration entre deux frères passionnés de combats médiévaux, Bruno et Fabien Garreau. Le temps de s’équiper et de recruter assez de combattants, le club fait ses premiers pas en lice en 2016 lors du tournoi de Château-Thierry. Peu à peu le club s’étoffe et parvient à recruter assez de combattants pour présenter une équipe complète sur la plupart des tournois. En 2017 nous parvenons à nous hisser à la 8ème place du classement national pour enfin atteindre la 5ème en 2018, fruit d’un entraînement efficace et d’une grande fraternité entre les combattants.

En 2019 nous parvenons à présenter notre deuxième équipe, les Lions du Valois, lors de la Coupe de France de St-Dizier et terminons à la 6ème place sur 24 équipes. Consécration pour notre combattant Jonathan Besson, alias « Mouflette », qui obtient le prix du meilleur combattant lors de ce même tournoi.
Malgré une saison 2020 entachée par la crise sanitaire qui a frappé le pays, nous sommes bien décidés à en découdre et ainsi terminer la saison en beauté.

Nos entraînements se déroulent la plupart du temps le samedi ou le dimanche selon les disponibilités de chacun au gymnase de la Ferté-Milon (02). Durant ces entraînements nos coachs supervisent les membres afin de leur donner les bases essentielles de ce sport et de parfaire leurs techniques et leurs conditions physiques. Pour nous entrainer convenablement, nous utilisons le matériel soft (armes et protections en mousse) et nos propres armures.

Notre philosophie repose sur la fraternité et l’entraide entre tous les membres de l’association, qu’ils soient combattants ou non. Personne n’est laissé de côté et nous nous considérons comme une grande famille de passionnés de combats médiévaux !

 

 

 

Le Béhourd : Qu’est ce que c’est ?

 

 

 

Origine et redécouverte

Issu de la plus pure tradition nobiliaire du Bas Moyen-Age, les tournois de béhourd étaient très populaire entre XIIe et le XVIe siècle. Les nobles, en armures complètes et avec des armes émoussées, s’affrontaient dans une lice à pied ou bien à cheval. Pouvant être plus d’une dizaine de combattants à s’affronter, ces tournois se révélaient impressionnants et même dangereux.


Ils étaient vus comme un moyen de prouver sa valeur aux yeux de tous et parfois même de gagner en réputation.
Si cette pratique avait disparu depuis plusieurs centaines d’années, elle a été remise au goût du jour par des passionnées de combats médiévaux en Russie vers la fin des années 90. Peu à peu, cette discipline connu un franc succès dans tous les pays d’Europe de l’Est et notamment en Ukraine et en Biélorussie.
Ce n’est quand 2013 que la France pu présenter sa première équipe française au championnat du monde de béhourd.
Aujourd’hui ce sport rassemble près de 30 clubs en France et plusieurs milliers de passionnés à travers le monde.

Le béhourd en France

Si les pays de l’Est connaissaient le béhourd depuis près de 10 ans, la France ne connu ce sport que bien plus tard, en 2010. Regroupant seulement une poignée de passionnés sous la coupe d’Edouard Eme, le béhourd s’est très vite fait remarquer et s’est implanté rapidement à tel point que la France eu le privilège d’organiser le championnat du monde « Battle of the Nations » à Aigues-Mortes en 2013 sous l’égide de la Fédération Française de Béhourd. Depuis, une trentaine de clubs rassemblants plusieurs dizaines de combattants ont vu le jour.
Chaque année a lieu la « Coupe de France », où toutes les équipes du pays s’affrontent le temps d’un week-end pour tenter de remporter ce prestigieux tournoi. A noter que la France s’illustre tous les ans par son grand nombre de tournois organisés au cours de la saison, attirant ainsi les meilleurs équipes du monde.

Principes et règles

Si cette discipline à la particularité d’être violente, elle présente néanmoins des principes et des règles strictes encadrants la sécurité de tous les participants.
Ce sont tous d’abord deux équipes de 5 combattants qui doivent s’affronter dans une lice. Le but, mettre le plus d’adversaire au sol, que ce soit par une percussion ou bien une projection. Les combattants doivent bien évidemment porter une armure historique (XIVe au XVIe siècle), et se battre avec des armes émoussées et attestées à l’époque. Pour choisir au mieux son armure et s’assurer de respecter les conditions d’historicité et de sécurité, le combattant pourra se tourner vers le référent historicité du club et/ou contacter directement le comité d’historicité accrédité par la FFB.
Ainsi, le combattant aura le choix entre plusieurs catégories d’armement. Les armes à une main ;hache, épée, fauchon, masse, les armes à deux mains ; grandes haches, fauchard, épée longue et les armes d’hast qui se caractérisent par leurs grandes tailles et leur puissance frappe très élevée. Le bouclier peut-être glisser dans cette gamme puisque ne servant pas seulement à se protéger des attaques, il peut sérieusement déséquilibrer l’adversaire si le coup est bien porté. Le béhourd ne s’arrête pas aux seuls affrontements de 5vs5. D’autres catégories existent, le 1vs1, le profight, le 12vs12, 30vs30 et plus récemment l’impressionnante 150vs150.
Un match se compose de 2 rounds gagnants, un troisième round départagera les deux équipes. Chaque équipe se composent de 8 combattants, 5 titulaires et 3 remplaçants.


L’objectif ultime est de rassembler assez de victoires et ainsi engranger des points pour se hisser sur le podium du classement français. Si le club s’est illustré au cours de la saison, il pourra présenter des combattants qui iront porter haut les couleurs de la France aux championnats du monde IMCF et BOTN dans les différentes catégories, non pas en bleu blanc et rouge mais en fleur de lys sur fond bleu.
Le règlement, très stricte, interdit formellement les coups à la nuque, derrière le genoux, l’entrejambes, les étranglements, les coups d’estoc, sous peine d’être exclu du tournoi. Des arbitres veillent en permanence au bout déroulement du match et à la sécurité des combattants, en effet, des pièces d’armures peuvent se décrocher sans que le combattant ne s’en rend compte, mettant ainsi son intégrité physique en danger. Les arbitres sont présents en lice et en bord de lice, un knight marshall supervise les décisions du corps arbitral et peut trancher en cas de conflits. Pour finir, voici un extrait du règlement officiel que vous pourrez retrouver plus en détails sur site de la Fédération Française de Béhourd (lien) :

« Pour être autorisé à entrer en lice sous les règles HMB, un combattant doit :
1.6.1.  Être majeur conformément aux lois dans son pays, mais aussi aux lois du pays hébergeant l’évènement ;
1.6.2.  Signer une déclaration de participation volontaire à un combat médiéval full contact, précisant son acceptation des risques associés à la participation à ce genre de combat et déclarant qu’il comprend et accepte les règles dans leur totalité ;
1.6.3.  Avoir un certificat médical d’une institution médicale officielle (privée ou publique) confirmant qu’il ne présente aucune restriction l’empêchant de participer aux compétitions ;
1.6.4.  Être accrédité par les organisateurs de l’évènement ;
1.6.5.  Avoir l’accord du comité d’authenticité pour ses armes et armures. »

 

 

 

 

Nos Actualités :

 

Exactor à Ambleny !

Nous serons présents à la fête médiévale d’Ambleny le 12-13 septembre 2020

Prochaines fêtes médiévales

  • Fête médiévale d’Ambleny 12-13 septembre 2020
  • Les médiévales de Sézanne 19-20 juin 2021
  • Les médiévales du Mont-Aimé 2021
Sézanne 2019

 Nos Prestations :

 

Nous Combattons !

Nous organisons des fêtes médiévales !

Mais “Exactor Mortis Béhourd” peut aussi mettre ses chevalier en armure à votre dispositions lors de vos événements.

Si vous souhaitez travailler avec nous :

Contactez-nous !

Nous Contacter !

 

Nous vous répondrons

le plus rapidement possible !

11 + 7 =